samedi 24 septembre 2016

La SEFAFI charge le régime HVM

La SEFAFI, dans son communiqué, a dressé un tableau noir du régime HVM à mi-parcours de son mandat. La charge est assez sévère pour le comptable en chef du régime putschiste car aucun secteur n'est épargné et ne présente, selon la SEFAFI, aucune évolution positive.


"On vit sous le joug d’un présidentialisme fort, à peine déguisé, qui va à l’encontre de la Constitution et favorise l’instabilité à tous les niveaux dans le pays. Le président de la République s’ingère dans tous les secteurs, faisant fi des attributions des départements ministériels et des procédures, s’arrogeant le droit de déterminer – seul – les priorités, aux dépens de la population et de l’économie."

Si l'on ne peut que s'aligner sur le constat établi tout au long du communiqué, on reste quand même dubitatif sur le fond car la SEFAFI n'a jamais eu de position claire vis à vis du putsch de 2009 mené par TGV et son ami HVM, alors que la situation actuelle en résulte indiscutablement.
Ci-après le dit communiqué dans les deux versions (malagasy et française).


***********************
 





Version Malagasy



dimanche 18 septembre 2016

CORRUPTION au sein du ministère de la Communication: le BIANCO ouvre une enquête.

3,4 millions d'ariary, correspondant à des recettes publicitaires de l'ORTM auraient été détournés par Nivo Ratiarison, le Directeur de Cabinet du ministère de la Communication.

*****************

Madagascar: le ministère de la Communication visé par une affaire de corruption (RFI)


  https://i0.wp.com/scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/tana_de_nuit_0.jpg
Vue de nuit de la capitale malgache, Antananarivo.
© Wikipédia

Il s’agit d’une énième affaire de détournement de fonds publics à Madagascar. Des recettes publicitaires de l'ORTM, l'Office de la Radio et Télévision Malagasy auraient été versées sur le compte d'un particulier au lieu d'atterrir dans les caisses du Trésor Public. Dans les médias malgaches, le Directeur de Cabinet du ministère de la Communication est directement pointé du doigt. Suite à ces accusations, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a ouvert une enquête et espère transmettre, dès ces prochains jours, le dossier au Parquet.

Fin août dernier, un quotidien malgache d'opposition révèle une affaire de malversation financière au sein des médias radio-télévisés d'Etat. 3,4 millions d'ariary, correspondant à des recettes publicitaires, auraient été détournés. Nivo Ratiarison, le Directeur de Cabinet du ministère de la Communication est suspecté d'avoir encaissé personnellement cette somme.
Suite à ces informations, le Bianco, l'organe de lutte anti-corruption à Madagascar, ordonne l'ouverture d'une enquête. Selon Benjamina Ratovoson, directeur territorial du Bianco en charge du dossier, les investigations menées depuis un mois « paraissent confirmer les faits » rapportés par voie de presse.
Une source proche de l'enquête parle « d'un système organisé » dont le montant des sommes détournées « pourrait excéder » les sommes annoncées. Pour l'heure, six personnes sont suspectées d'avoir un lien avec l'affaire. Le Bianco espère transmettre le dossier à la justice dès cette fin de semaine.
A la Radio et Télévision nationales malgaches, cette affaire est sur toutes les lèvres mais beaucoup doutent des réelles poursuites qui seront menées contre les instigateurs de ce détournement de fonds publics.
Le mois dernier, c'est le Premier ministre qui était cité dans une affaire de détournement d'argent. Il avait alors « promis », au micro de RFI, d'apporter « sous trois jours » les preuves de son innocence. Après de multiples relances, cette promesse n'a jamais été honorée.

Source: RFI


dimanche 21 août 2016

Fihaonamben'ny Tia Tanindrazana : FIOVAN-TOERANA

T A N D R E M O * * * T A N D R E M O 

Noho ny fandaminana dia miova ny toerana:


Golf de Gif - Chevry
Rond-Point de Beaudreville
91 - GIF SUR YVETTE
(RER B - Ligne 11 - Arrêt Rd-Point du Golf)



 
 


mercredi 17 août 2016

Fihaonamben'ny Tia Tanindrazana

Miantso antsika Tia Tanindrazana aty dilambato hihaona sy handinika ny momba ny hoavin'i Madagasikara. Hodinihintsika miaraka amin'izany indrindra ny fanohanana ny filatsahan'ny filoha RAVALOMANANA ho fidiana amin'ny 2018. Tongava maro fa mila antsika ny Tanindrazana .

" Hiara-hitondra fandrosoana,
Ny fandresena no imasoana,
Hiara-hiasa ho fahombiazana,
Hanarina ny Tanindrazana "


mercredi 20 juillet 2016

Voyoucratie: Un projet de loi instituant une Cour spéciale contre la délinquance économique, financière et fiscale serait en cours.

Ce projet de loi concocté par le régime HVM a incontestablement une visée politique dans le but d'empêcher en premier lieu Marc Ravalomanana de se présenter à l'élection présidentielle. Car curieusement, "la Cour Spéciale est chargée de la poursuite et du jugement des infractions à caractère économique, financier et fiscal commises pendant la période allant de l’année 2002 jusqu’à la fin de la transition ». Comme par hasard, Rajaonarimampianina, l'ex-putschiste figurant parmi les 109 sanctionnés comme son compère Rajoelina, n'est pas concerné.
 

Ceci étant, en matière de délinquance financière, économique, HVM et ses amis ne sont pas en reste. Que dire des pillages à grande échelle des richesses nationales ? Que dire des terres vendues, bradées aux intérêts étrangers ? Que dire des trafics en tout genre (devises, marchandises, espèces protégées...) ? Sans oublier les exactions commises en matière de droits de l'homme.

Nous sommes face à un régime aux abois ne maîtrisant plus grand chose et qui est obligé de se raidir en optant pour des mesures anti-démocratiques pour survivre. 

**************


Délinquance économique, financière et fiscale : Ravalomanana et Rajoelina visés par une Cour Spéciale

Le fait d’avoir reçu des « cadeaux » est une infraction non-amnistiable selon le projet de loi instituant cette Cour Spéciale.
« De l’année 2002 jusqu’à la fin de la transition ». Cette délimitation temporelle est à l’origine de toutes les suspicions sur la création d’ « une Cour Spéciale en matière de délinquance économique, financière et fiscale », prévue par le projet de loi n°014/2016 du 02 juin 2016. L’article premier de ce projet de loi que la majorité des députés ont refusé d’examiner pendant la session extraordinaire qui vient de s’écouler stipule : « (…) la Cour Spéciale est chargée de la poursuite et du jugement des infractions à caractère économique, financier et fiscal commises pendant la période allant de l’année 2002 jusqu’à la fin de la transition ». Deux régimes se sont succédé durant cette période : la dernière partie de la Troisième République de Marc Ravalomanana et le régime de transition d’Andry Rajoelina. Il est difficile pour tout dirigeant d’un pays d’échapper aux infractions réprimées par la Cour Spéciale dont entre autres le détournement de denier public, l’exonération et la franchise illégales, la prise d’avantages injustifiée, la prise d’emploi prohibée, le favoritisme et le commerce incompatible avec la qualité.
Rejet prévisible. Les autres infractions sont trop faciles à justifier à l’encontre d’un dirigeant qui était à la tête du pays pendant plusieurs années, ou qui a dirigé le pays dans un contexte exceptionnel. L’article 2 du projet de loi n°014/2016 du 02 juin 2016 dispose par ailleurs que la corruption passive des personnes exerçant une fonction publique, le trafic d’influence, l’abus de fonctions dans le cas où il aurait servi à abuser des deniers publics, le conflit d’intérêt, la prise illégale d’intérêt, les cadeaux, l’enrichissement illicite, le défaut de déclaration de patrimoine, l’abus d’autorité et l’abus de confiance dans le cas où il a servi à abuser des deniers publics, les infractions douanières, les infractions commises au niveau d’une aire protégée du réseau national, les infractions à la loi n°96-011 du 13 août 1996 portant désengagement de l’Etat des entreprises publiques… Bref, la création de la Cour Spéciale vise particulièrement l’ancien président Marc Ravalomanana et l’ancien président de la transition Andry Rajoelina. Les sociétés de Marc Ravalomanana n’ont pas payé d’impôts quand il était président de la République. Tandis qu’Andry Rajoelina a illégalement pris le pouvoir en 2009 dans un contexte qui a favorisé tout forme d’abus. Conscients de la visée politique de la loi sur la création de la Cour Spéciale sur la délinquance économique, financière et fiscale, les députés TIM et ceux du Mapar ont rejeté l’examen du projet de loi y afférant.
Eligibilité. Le projet de loi en question ne prévoit aucune peine d’emprisonnement, mais sanctions ou les mesures encourues ou prises par les personnes où à l’encontre des personnes inquiétées par la Cour Spéciale pourraient compromettre leur éligibilité. Pour Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, l’enjeu est l’élection présidentielle de 2018. Le pouvoir essaie de masquer la visée politique de la mise en place de la Cour Spéciale par l’adoption d’un autre projet de loi, relatif à la réconciliation nationale. L’examen des deux projets de loi a été ajourné à une nouvelle session extraordinaire dont la tenue pourrait être décidée lors du Conseil des Ministres de demain. En tout cas, on s’achemine vers une pseudo-réconciliation nationale. Une réconciliation nationale qui vise à éliminer certains adversaires redoutables aux prochaines présidentielles. La mission du futur CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) est biaisée à l’avance à s’en tenir à sa composition, qui éloigne la neutralité de cette Institution. A en croire le projet de loi élaboré par le gouvernement, le CFM sera composé de 18 membres dont 12 « élus » à raison de 2 par province et 6 désignés par le président de la République. Ce quota du chef de l’Etat peut constituer un tiers bloquant.
Recueillis par R. Eugène

 http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2016/07/19/delinquance-economique-financiere-fiscale-ravalomanana-rajoelina-vises-cour-speciale/




dimanche 17 juillet 2016

DÉCLARATION DE LA COMMISSION ÉPISCOPALE JUSTICE ET PAIX: Commission Episcopale Justice et Paix (VO)


Ho an’ny tompon’andraikitra isan’ambaratonga eto amin’ny firenena,
Ho an’ny vahoaka malagasy sy ireo olona tsara sitra-po.

Homba anareo mandrakariva anie ny fahasoavana amam-piadanana avy amin’i Jesoa Kristy Tompo !
Tankina ny Malagasy rehetra raha nandre tao amin’ireo fampitàm-baovao ny zava-nitranga nahatsiravina izay nahitàna fandripahan’olona tsy manan-tsiny nataon’ireo dahalo ka nahafoizana ain’olona maro. Nanampy trotraka ny fisian’ny zava-misy tao Ambotry Ambalavao tamin’ny fanafihana nataon’ny miaramila maka endrika dahalo.

Valaketraka ny maro raha nahita ny sarin’ireo izay namoy ny ainy sy naratra vokatry ny fitorahana grenady tao amin’ny kianjan’i Mahamasina, nandritra ny fampisehoana nentina nankalazana ny fetim-pirenena ny tolakandron’ny 26 jiona 2016.

Tianay ao amin’ny Vaomieran’ny Eveka momba ny Rariny sy ny Fandriam-pahalemana (Justice et Paix) ny maneho etoana ny fiaraha-miory amin’ireo fianakaviana namoy havan-tiana sy mirary fahasitranana haingana ho an’ireo naratra ary mitrotro am-bavaka anareo rehetra.

Vao tsy ela akory izay dia nisahotaka ny tantsaha tao Bealanana sy tao Soamahamanina noho ny fitrandrahana ataon’orinasa vahiny eo amin’ny tany nohajarian’izy ireo hatry ny ela.

Ireo toe-javatra ireo, raha tsy hiteny afa-tsy ireo, dia loharon-tebiteby ho an’ny vahoaka malagasy izay efa trotraky ny adim-piainana ankehitriny.
-Mandry andriran’antsy tokoa mantsy izy amin’izao fotoana izao. Mandry andriran’antsy satria ny Fanjakana tsy mahavita miaro ny ain’ny olona sy ny fananany : maro ireo namoy ny ainy tato anatin’ny telo taona noho ny fanafihana tetsy sy teroa. Marina fa nanao ezaka ny fitondrana hamongotra ny asan-dahalo nefa toa tsy ampy hery eo anatrehan’ireo mpanao ratsy izay manao ny lalàny.

-Manjavozavo ny ho avy, satria ny tany natao ho fototry ny fivelomana sy ilevenan’ny razana amidy amin’ny hafa.

-Manampy trotraka an’ireo ny tsy fanajana ny rariny sy ny hitsiny, indrindra eo amin’ny sehatry ny fitsaràna. Lasa fomba fanao ny fitsaram-bahoaka, izay maneho ny tsy fitokisan’ny vahoaka amin’ireo izay tokony hampihatra ny rariny. Very an-javony noho izany ny fametrahana ny hoe fanjakana tan-dalàna.

-Manjaka ny risoriso sy ny fahalovana amin’ny sampan-draharaha maro sy amin’ny fiainana andavanandro. Tsy misy tsy vitan’ny vola amin’izao fotoana izao, ka mampiteny ny moana ny fisian’ny tsy fahamarinana aterak’izany.

Vokatr’ireo : mahazo faka ny fitiavan-tena, mifampiahiahy ny mpiara-monina ary marisarisa ny fiaraha-miaina sy ny fandriam-pahalemana.

Eo anatrehan’ireo zava-misy mahavalalanina, dia manao antso avo aminareo tompon’andraikitra ambony eto amin’ny tany sy ny Fanjakana izahay ato amin’ny Vaomieran’ny Eveka momba ny Rariny sy ny Fandriam-pahalemana ka manolotra soso-kevitra vitsivitsy :
1.Ilaina ny anaovana latabatra boribory anasàna ny ankolafin’olona rehetra mba ahafahan’ireo tompon’andraikitra mihaino ny hetahetan’ny vahoaka. Fifanakalozan-kevitra momba ireo olana sedraina ankehitriny mba itadiavana vahaolona maharitra no atao, fa izay ihany no heverinay fa làlana ahafahana misoroka ny savorovoro mety ho lasa pitik’afo hampirehitra ny vanja. Dia miangavy anareo antanan-droa mba tsy hanao be marenina na hatoky tena toy ny antsy be zara.

2.Anisan’ny zavatra maika ny fampanjakana ny rariny sy ny hitsiny, indrindra eo amin’ny sehatry ny fitsaràna sy ny fiahiana ny fandriam-pahalemana. Aoka ho tsaroana fa tsy hisy ny fandriam-pahalemana vanona raha tsy ampanjakaina ny rariny sy hitsiny, hoy ny Papa Joany Paoly II.

3.Ampiharina ny mangarahara amin’ny fitrandrahana ireo harena an-kibon’ny tany, ary tsinjovina mandrakariva ny soa iombonana sy ny hasina maha-olona raha misy fanapahan-kevitra goavana momba izany. Amin’izany, dia ilaina ny hanendrena ireo solontenan’ny sokajin’olona sasantsasany ao anatin’ireny vondrona manadihady ny fiantraikan’ny fitrandrahana eo amin’ny tontolo iainana. Nanamafy an’izany ny Papa François ao amin’ny Ansiklika (Laudato si) nosoratany momba ny fiarovana ny tontolo iainana, 2015). Izany no hatao dia ny mba hisorohana ny kiantranontrano na ny kolikoly eo amin’ ny fanomezan-dàlana ho an’ireo mpitrandraka.

4.Beazina amin’ny tena demokrasia manaja ny soa toavina sy ny hasina maha-olona ny olom-pirenena (cf. Joany Paoly II, Centesimus annus, 1991), ka tsy tokony hisy fangejàna ny fahafahana maneho hevitra, indrindra raha mahasoa ny firenena.

Eto am-pamaranana, tsara ny mampahafantatra fa ny Fivondronam-ben’ny Eveka dia mbola hanohy izao fanambaràna izao.

Koa mankahery ny vahoaka sy ireo olona tsara sitra-po rehetra amin’ny ezaka ataony hijoroana amin’ny fahamarinana ny Vaomieran’ny Eveka momba ny Rariny sy ny Fandriam-pahalemana ary mitondra am-bavaka ny firenena sy ireo mpitondra mba ho afaka hanao dingana mankany amin’ny fampanjakana ny rariny, ny fandriam-pahalemana ary ny fanajàna ny zon’olombelona isika rehetra.

Antananarivo, 15 Jolay 2016

Monseigneur Roger Victor RAKOTONDRAJAO
Président de la Commission Episcopale Justice et Paix.
P. Jean Germain RAJOELISON
Secrétaire Général.

Le GTT INTERNATIONAL, collectif de la diaspora malagasy, dont le siège est à Genève (CH), poursuit un double objectif: la restauration de l'Etat de droit et le rétablissement de la Démocratie à Madagascar. Il prône et oeuvre pour la liberté d'expression, la prise de conscience citoyenne et la mise en place d'une vraie démocratie dont l'exigence première est la tenue d'un processus électoral inclusif, libre et transparent ".